L’église du Monastère, le troisième temple

 

L’église est l’espace central de la liturgie monastique, où les moines se réunissent huit fois par jour pour célébrer l’office divin et où ils convoquent le peuple pour les grandes célébrations. C’est aussi un recueil d’art roman, gothique et baroque. Depuis 1833, elle abrite la paroisse locale de Sant Pere d’Octavia.

Le temple actuel est le troisième du Monastère. Le premier était l’ancienne église paléochrétienne, où la tradition raconte que les reliques du martyr Cugat y étaient conservées. L’ancien monastère fut construit à ses côtés. Après l’an 1000, ce temple fut remplacé par un temple roman beaucoup plus grand, semblable à San Vicenç de Cardona. Au début du XIIe siècle, celui-ci fut profané par une attaque almoravide. Cela déclenchera la construction du troisième temple, achevé vers le milieu du XIVe siècle. La lenteur des travaux fait que le temple commence dans le style roman et se termine par une façade entièrement gothique. Ainsi, l’église actuelle du Monastère est le meilleur exemple de la transition des styles architecturaux de la Catalogne médiévale.

Heures de messe

Façade de l’église, représentant du gothique catalan

En raison de son ampleur, du volume de son portail et des grandes dimensions de la rosace, la façade de l’église monastique de Sant Cugat est l’une des plus remarquables du gothique catalan.

Façade de l’église_Monastère de Sant Cugat

Portail de l’église

Les moines veulent doter l’église d’un grand portail qui symbolise la richesse et l’importance du Monastère, mais, en même temps, elle doit être suffisamment sobre pour représenter l’austérité monastique. La solution est de créer un nouveau corps attaché à la façade qui offre plus de profondeur …

et permette de placer les onze arcs brisés et décroissants soutenus par des colonnes avec d’élégants chapiteaux végétaux qui font ressortir l’entrée du temple. Le tympan lisse est décoré de fresques gothiques, du XVe siècle, qui développent le thème de l’épiphanie ou l’adoration des mages. La figure de la Vierge Marie avec l’enfant sur ses genoux occupe la partie centrale, sous l’étoile; les rois et les pages sont à droite, tandis que Saint Joseph se trouve à gauche, où se trouvent également le bœuf et le mulet. La lumière du soleil et l’intempérie sont responsables de la perte de presque toutes ses couleurs, ce qui fait qu’aujourd’hui, nous ne puissions à peine deviner le dessin des contours des personnages. En 2017, l’œuvre fut consolidée.

Rosace_Monastère de Sant Cugat

Rosace

La grande fenêtre circulaire placée sur le portail est certainement l’un des trésors les plus précieux du Monastère. L’espace radial de la rosace est le lieu privilégié pour insérer des images de l’histoire sacrée qui, vues de l’intérieur de l’église, brillent grâce aux verres colorés qui façonnent la lumière.

Il s’agit de l’une des grandes contributions du gothique à l’histoire de l’architecture occidentale.
Cette rosace a le privilège d’être l’une des trois plus grandes conservées de Catalogne, avec celle de Santa Maria del Pi, à Barcelone, et celle de la façade principale de la cathédrale de Tarragone. Les trois sont pratiquement identiques et s’inspirent de la rosace du transept sud de Notre-Dame de Paris. Sa construction s’achève en 1337, et en 1428, elle est endommagée par un tremblement de terre qui déplacé certaines pièces.

Bien que les verres de la grande rosace de l’église du Monastère ne soient pas ceux d’origine de la période médiévale, la restauration et le remplacement effectués en 1979 donnent une apparence similaire aux premiers vitraux, installés par les maîtres Bernat Hospital et Alfonso Gonsalbo.

Transition du roman au gothique

L’église actuelle est le troisième temple du monastère. Construite après l’attaque des Almoravides, elle nécessita deux siècles de travaux. Donnant le temps ainsi, à l’arrivée de nouveaux systèmes de construction, de façon à ce que l’on passe du style roman initial au style gothique avec lequel la construction est terminée. Dans l’ensemble, l’intérieur du temple présente une harmonie formelle et une cohérence esthétique qui rendent difficile de remarquer cette transition de style à première vue.
C’est au cours des deux siècles de construction de l’église monastique qu’a lieu le changement entre le système architectural roman et gothique, une circonstance qui suscite des doutes chez les maîtres d’œuvre, avec quelques rectifications sur les parties construites.
La première phase de construction, au XIIe siècle, comprend les absides et les deux premières sections de voûtes, séparées par des arcs en pointe ronde. Ensuite, les travaux sont arrêtés pendant près d’un demi-siècle et reprennent avec des formes gothiques que nous pouvons observer au niveau des arcs en pointe et des baies vitrées de plus grande taille. Au-dessus du transept roman se dresse un ciborium octogonal comme lanterne, recouvert par l’intersection de quatre voûtes brisées et fermé par une clé où l’on peut voir l’image de Dieu en majesté. Les fenêtres sont de style gothique très ancien avec des divisions arboricoles.

Le meilleur exemple de la transition du roman au gothique se trouve dans les différents emplacements de l’imposte des arcs-formerets sur les quatre piliers du transept. En observant le plus proche de l’abside, l’imposte de droite est plus basse que celle de gauche. Du côté opposé, la droite présente le niveau le plus bas, indiquant que ce serait la proposition d’une continuation romane. Mais le pilier se prolonge en hauteur et une deuxième imposte gothique apparaît sur la base des arcs brisés.

Abside-Monastère de Sant Cugat

Abside

Le chevet de l’église est composé de trois absides de l’époque romane. Elles présentent toutes une série d’éléments architecturaux de grand intérêt qui nous aident à mieux interpréter les utilisations de l’espace monastique dans le passé, ainsi que son évolution architecturale.

L’abside du côté gauche est parfaitement semi-cylindrique et lisse à l’intérieur. Son axe est légèrement dévié par rapport à la nef, par la présence d’un escalier en colimaçon à l’intérieur du mur nord qui menait à un couloir défensif situé sur la voûte de la première section. Cette abside a toujours été dédiée à Sainte Marie. L’image romane d’origine se trouve au musée Terrassa et à l’avant de l’autel au Musée Civique de Turin. La sculpture romane, qui la préside actuellement, est la Vierge Marie de la Forêt ou de Gausac, provenant de sa chapelle à Collserola. < l’abside centrale est plus grande et présente un plan heptagonal. Ses voûtes semblent être en forme de quart de sphère, bien qu’il s’agisse en fait de sept éléments qui partent des côtés rectilignes du polygone. L’intersection entre les uns et les autres est recouverte de nervures ornementales semi-cylindriques, qui commencent sur la verticale des colonnes et terminent en anneau semi-circulaire, comme une clé de voûte. L’arc de triomphe qui la sépare de la nef est présenté en trois plans, ce qui donne plus de profondeur à l’ensemble. À l’origine, l’abside était éclairée par trois petits hublots romans, celui du centre disparut après l’ouverture de la grande baie vitrée gothique. Celui-ci est divisé par des piliers en forme d’arbre et le vitrail, réalisé dans les années 40, montre l’image de Saint Pierre, patron de l’actuelle paroisse. > L’abside droite est similaire à la gauche et se distingue par sa pureté géométrique. Le cylindre de son mur est couronné d’une simple imposte qui sert de base au quart de sphère de la voûte. Les deux sont éclairés par un seul hublot. À l’origine, il était dédié à Saint Michel et abritait le retable maniériste qui est aujourd’hui attaché au mur de gauche. Actuellement, il est présidé par le retable gothique de Tous les Saints, qui a eu différents emplacements dans le temple.

Presbytère-Monastère de Sant Cugat

Presbytère

Le presbytère de l’église a subi diverses transformations en fonction des changements liturgiques et des courants artistiques de chaque moment. L’aspect actuel entouré d’une balustrade néoclassique est le résultat de la réforme menée par l’abbé Montero en 1798.

Le grand retable gothique en bois fut incendié en juillet 1936. Le presbytère, espace où se trouve le maître-autel, a subi des transformations successives au cours des siècles. Dans l’obscurité initiale du roman, faiblement éclairée par les trois hublots, il y a un éclat de lumière avec l’ouverture de la baie vitrée gothique. Mais avec l’arrivée ultérieure des grands retables en bois peint, toute cette lumière est cachée, car l’une de ces œuvres sacrées est placée devant la grande baie vitrée. À la fin du XVIIIe siècle a lieu la réforme néoclassique de cet espace qui est conservé jusqu’aujourd’hui. Nous pouvons remarquer particulièrement la balustrade en marbre blanc, rouge et gris qui ferme le presbytère, commandée par l’abbé Josep Gregori de Montero en 1798, date qui apparaît sur l’œuvre avec le bouclier du promoteur.
L’ensemble est donc un curieux amalgame où sont représentés les différents styles d’art occidental du deuxième millénaire. La destruction des éléments combustibles dans les moments révolutionnaires de 1936 fait qu’aujourd’hui nous soyons surpris par la riche balustrade en marbre au milieu de l’austérité architecturale que présente actuellement cette abside.

La dalle du maître-autel, en pierre de Montjuic, qui serait la plus grande de Catalogne. Sa partie arrière repose sur un mur en pierre et montre les conséquences de l’incendie du retable. Frontalement, elle est soutenue par trois colonnes indépendantes avec un espace inférieur vide, où étaient auparavant exposés les coffrets à reliques.
La sculpture de San Cugat, qui préside à l’arrière, est une œuvre d’Enric Monjo réalisée en 1942.

Nouvelle Sacristie-Monastère de Sant Cugat

De la chapelle de Tous les Saints à la Nouvelle Sacristie

L’espace occupé par l’actuelle sacristie correspondait à l’origine à la chapelle de Tous les Saints. Sa construction fut ordonnée par l’abbé Gérald de Clasquerí, qui en 1290 créa le bénéfice de Tous les Saints. Il sera lui-même enterré dans cet espace …

dont on conserve encore le couvercle et la pierre tombale de son ossuaire.

La construction correspond au deuxième roman.L’épaisseur du mur laisse imaginer que l’espace intérieur était à l’origine couvert par une voûte en berceau. La porte d’origine de la sacristie, aujourd’hui murée, est plus proche de l’abside droite. Un siècle plus tard, un retable gothique dédié à Tous les Saints fut installé dans cet espace, œuvre du peintre Pere Serra. La sacristie fut entièrement rénovée au XVIIIe siècle, à l’époque de l’abbé Gayolà. Un acte capitulaire de 1753 parle de retirer les affaires de la sacristie pour les travaux à réaliser, et nous pouvons en déduire que la chapelle avait peut-être déjà depuis longtemps une double fonction. Le retable mentionné est retiré et placé au pied de l’église, en entrant à droite. Parmi de nombreux autres changements, cette réforme implique la construction de nouvelles voûtes d’arêtes en briques planes, telles que celles de la nouvelle et l’ancienne salle capitulaire, avec des corniches et des chapiteaux en plâtre similaires. De cette époque, nous pouvons faire ressortir les portes d’entrée de très bonne élaboration.

Deux meubles de la sacristie sont encore conservés : la grande commode qui occupe tout le mur est et la commode centrale faite par l’abbé Montero qui intégra son blason héraldique en marqueterie, recouverte d’un grand morceau de marbre.
Sur le mur sud se trouve la cuvette, faite également en marbres colorés, avec les blasons du Monastère sur une couronne impériale et avec l’inscription : Octaviani Caesaris Augusti Castrum. Sur le mur proche de l’église se trouve celle que l’on appelle l’armoire des reliques.

Ciborium-Monastère de Sant Cugat

Ciborium

Dans les églises, l’espace où la nef centrale rencontre le transept est normalement recouvert par un dôme. Le passage de l’espace carré du sol au cercle supérieur du toit symbolise le passage de la terre au ciel. Dans le second roman, cette voûte peut être élevée sur une lanterne qui illumine l’intérieur.

Pour des raisons de facilité constructive, le cercle est souvent transformé en octogone et le dôme en intersection de voûtes nervurées. C’est le cas du Monastère de Sant Cugat, où le ciborium ou dôme présente les caractéristiques d’une structure gothique montée sur une base romane.
Élevé sur le transept du temple, le bas du ciborium est composé de quatre grands pilastres de l’époque romane qui soutiennent deux arcs doubleaux et deux autres formerets de plus petite taille. Le plan depuis lequel commence le ciborium est défini par quatre nervures semi-cylindriques qui partent de supports situés aux angles du carré. Le passage à l’octogone se fait à travers des triangles plats inclinés. Le début du corps supérieur reste délimité par une imposte continue.
Le toit est le résultat du croisement de quatre voûtes brisées soutenues par des nervures trilobées, avec une clé centrale représentant les Maiestas Domini entre deux lions. Les nervures déchargent leur poids sur des colonnes situées aux angles, où l’imposte forme un petit carré saillant pour mieux les recevoir. En dessous se trouve un support inférieur avec une tête sculptée de tradition romane. Toute cette structure libère les murs latéraux du tambour de la charge et permet d’ouvrir de grandes baies vitrées brisées de style gothique, qui reposent sur une frise d’arcatures. Les fenêtres actuelles datent de la fin du XIXe siècle et montrent le blason héraldique du mécène qui les finança, le baron du Prado Hermoso.

Le mélange d’ornements de la tradition romane dans un système de construction gothique est, en fin de compte, l’un des meilleurs exemples de la transition entre les deux styles.